top of page

Henka Waza


Le Henka waza développe les points suivants :

  • La liberté d’expression : connaissance et maîtrise du répertoire, variété et facilité dans la pratique.

  • L’adaptabilité : pratique maîtrisée et contrôlée quel que soit le partenaire ; saisir les opportunités offertes par Uke ;

  • Le Ri aï : capacité à conserver une logique dans des formes très différentes. La logique ce sont les principes.

  • La présence de part et d’autre : la réactivité de Uke, la capacité de Tori à exploiter la réaction de Uke, globalement le développement de la relation Uke / Tori.

Le Henka waza est particulièrement important pour un 3ème et 4ème dan. C’est (entre autre) le Henka waza qui donne au 1er et 2ème critère d’évaluation la dimension 3ème /4ème dan :

  • 1er critère : La connaissance formelle des techniques : - aucune hésitation dans l’exécution des techniques demandées - une grande variété de techniques : techniques fondamentales, variations, variantes en respectant les principes.

  • 2ème critère : La construction des techniques : - distinguer les trois phases de construction pour les lier entre elles - exécuter des variations à partir des différentes façons de réaliser chaque phase.

Pour autant, il ne faut pas attendre le 3ème ou le 4ème dan pour commencer à s’intéresser au Henka waza. Il est important de savoir ce que recouvre réellement ce mode d’application et l’intégrer progressivement dans la pratique et dans l’enseignement.


On peut distinguer 3 aspects : les variations, les développements et les enchaînements.

  1. Les variations Ce sont des variations dans les phases de construction de la technique : Différentes façons de se déplacer et de se placer ; - À partir d’un même déplacement, plusieurs façons de créer un déséquilibre et plusieurs façon d’exploiter un déséquilibre ; - À partir d’un placement et d’un déséquilibre, différentes façons d’engager le corps et de projeter Exemples de différentes façon d'exécuter: IKKYO sur SHOMEN UCHI, SHIHO NAGE sur KATATE DORI...

  2. Les développements Développement à partir d’une structure de base (placement + déséquilibre) : Différentes techniques sur cette même structure. Exemples : SHOMEN UCHI, placement à l’issue du irimi tenkan : - KOTE GAESHI, - KAITEN NAGE - … RYO TE DORI, placement irimi Enka (90°) : - IKKYO OMOTE / URA - KAÏTEN NAGE - UDE GARAMI - KOKYU NAGE - KUBI NAGE - …

  3. Les enchaînements Enchaînement sur la 3ème phase de la construction : on enchaîne une technique sur une autre en appliquant le principe d’action/réaction. Exemples : - TENCHI NAGE----IKKYO - IKKYO OMOTE----KOKYU NAGE / KOSHI NAGE - SANKYO ----KOKYU NAGE - NIKKYO URA----KOTE GAESHI - …

La pratique des Henka waza ne permet pas de rattraper une technique ratée (manque de construction, rupture, perte de fluidité). Les variations et les enchaînements correspondent à des opportunités imposées par Uke ou suscitées par Tori.


En résumé…

  • Un enchaînement peut permettre de vérifier que la structure de base est respectée

  • Les variations, au-delà de leurs différences, permettent de faire ressortir les ressemblances, c’est-à-dire : l’essentiel, les principes (Ri aï) ;

  • Les enchaînements fondés sur le principe d’action /réaction développent tout particulièrement la relation Uke / Tori, la présence, l’écoute et le vigilance de part et d’autre ;

  • Henka waza est un élément motivationnel dans la pratique (spontanéité, aspect ludique…)

Bernard Palmier

Kommentare


bottom of page