Bienvenue sur le site de

BERNARD PALMIER
7ème DAN de l'Aïkikaï de Tokyo
Shihan

Historique de l’aïkido

JPEG - 88.6 ko

MORIHEI UESHIBA (1883-1969) a développé une forme moderne d’un ancien art martial, l’Aïki Jutsu, qui après s’être appelé Aïki Budo en 1920, a pris son nom définitif d’Aïkido après la seconde guerre mondiale. Dans un Japon en pleine modernisation, il voua sa vie au développement de cet art dans le respect des valeurs traditionnelles du Budo. Pour O Senseï, "Budo ne signifie pas vaincre son adversaire par la force. Ce n’est pas non plus une arme de destruction. Le véritable Budo consiste d’abord à accepter l’esprit de l’univers, à sauvegarder la paix en ce monde, à favoriser l’épanouissement de tous les êtres".

De nos jours, l’Aïkido est pratiqué dans près de 40 pays (Europe, Asie du sud-est, Afrique et États-Unis) par plus d’un million de pratiquants.
En France l’Aïkido a été présenté pour la première fois en 1951 par Maître Minoru Mochizuki et s’est, dans un premier temps, développé grâce aux professeurs de Judo, fortement intéressés par cette nouvelle discipline.
Rapidement toutefois l’Aïkido a pris son autonomie en bénéficiant de l’enseignement :
- des délégués successifs de l’Aïkikaï de Tokyo que furent Maîtres Abe, Noro, Nakazono et Tamura ;
- des Maîtres japonais qui depuis 30 ans animent régulièrement des stages en France. Citons plus particulièrement Yamaguchi Sensei, Endo Sensei et Yasuno Sensei ;
- des professeurs français, eux-mêmes formés au Japon, Christian Tissier, Franck Noël, Bernard Palmier, Bruno Zanotti...

Le développement de la discipline a été continu depuis lors et s’est effectué dans un cadre fédéral qui n’a cessé d’évoluer pour s’adapter au mieux à une réalité en plein devenir. Aujourd’hui, la FFAAA (Fédération Française d’Aïkido d’Aïkibudo et Affinitaires) et la FFAB (Fédération Française d’Aïkido et de Budo) sont rassemblés au sein de L’UFA (Union des Fédérations d’Aïkido), et représentent près de 65 000 aïkidokas.

Le Hombu Dojo, à Tokyo, reste le centre mondial de l’Aïkido. A la mort de Morihei UESHIBA en 1969, son fils Kisshomaru devient le DOSHU (gardien de la voie). Depuis 1999 c’est Moriteru UESHIBA, le fils de Kisshomaru UESHIBA et le petit fils du créateur de l’Aïkido qui remplit la lourde fonction de DOSHU à l’Aikikaï de Tokyo.

Morihei UESHIBA, O’ SENSEI

JPEG - 29.6 ko

Kisshomaru UESHIBA, DOSHU

JPEG - 21.9 ko

Moriteru UESHIBA, DOSHU

JPEG - 20.6 ko

Mitsuteru UESHIBA, WAKA SENSEI

JPEG - 50.7 ko

La relève est assurée puisque l’arrière petit fils de O’SENSEI, Mitsuteru UESHIBA, est considéré comme le "WAKA SENSEI" (le jeune Maître - futur DOSHU) et il vient d’avoir un fils, Hiroteru....

JPEG - 151.3 ko
.